Quelque chose cloche !

 

A ce jour environ 80% des prélèvements 2017/2018 de la Bécasse des Bois sont réalisés. Aucune mesure volontariste des responsables cynégétiques n'a été prise sauf ! La FDC du Doubs après réflexion commune avec le Club National des Bécassiers du département a fixé les prélèvements sur Janvier à 1 Bécasse jour par chasseur (pas trop contraignant).

L'Isère a réduit son prélèvement hebdomadaire à 2 par chasseur du 15/12 au 14/01, l'Ardèche et la Drôme n'ont fait que des recommandations. C'est peu...

Pour autant, pour une espèce que l'on nous annonce comme la plus étudiée, surveillée, protégée; quelque chose cloche !

Car si le monde de la Bécasse des Bois croit les prédictions 2017/2018 du réseau Bécasse de l'Oncfs annonçant une reproduction médiocre, comme il croit leurs affirmations sur l'état du cheptel ( Bécasse en bonne santé, effectifs stables) ; il devait prendre dés le début de la saison des mesures de réduction des prélèvements. C'est ce que nous proposions dés Novembre sur notre site :

www.lachassedelabecassedesbois.com/ou-sont-elles-en-2017

Comme il ne l'a pas fait, il doit prendre des mesures drastiques sur les prélèvements à compter du 01 Janvier 2018, afin de conserver un potentiel d'adultes suffisant, qui de plus fidèle à ses sites d'hivernage sera là pour la prochaine saison. ( y compris les jeunes survivantes).

 

Soit le monde de la Bécasse des Bois ne croit que ce qui l'arrange, ne tient aucun compte de ce qui le dérange et laisse faire, incapable d'anticiper et d'agir !

 

Pendant ce temps là que se passe- t- il dans les bois ?

Cette saison les pays concernés par les flux migratoires ont bénéficié de conditions météo favorables pendant la migration automnale, favorisant l'arrivée en France d'un bon effectif migratoire. Pas d’excuses de ce coté là pour justifier un manque d'oiseaux.

Sans surprise la fréquentation est hétérogène . Compte tenu de la sécheresse des biotopes surtout au Sud de la Loire, le phénomène des paquets se vérifie (belles concentrations sur quelques secteurs, presque des déserts sur la majorité des autres). Nous constatons des Age/Ratio disparates ; très élevés (beaucoup de jeunes) sur la moitié Ouest, anormalement bas sur la moitié Est.

Un Sexe/Ratio qui parait normal.

L'Ica du Cnb* qui reste une des références continue d'être élevé (1.64 en migration automnale) plus élevé que celui de la saison dernière(1.62) avec une reproduction plutôt bonne. Il est en contradiction avec les prédictions Oncfs sur la qualité de la reproduction(médiocre). Cette contradiction n'est pas sans poser problème ! A qui pouvons nous faire confiance ?

 

Nous sommes fin Décembre rien ne montre et ne prouve encore que la reproduction a été mauvaise !

La FANBPO, s'appuie elle aussi sur l'étude Oncfs qui n'a aucun homologue en Europe , elle devrait y réfléchir.

 

Sur le terrain, la majorité des chasseurs de Bécasses constatent une faible présence et une minorité une bonne fréquentation, confirmant que la qualité hétérogène des biotopes engendre le phénomène (pas nouveau) des paquets. .

Pour autant rien ne prouve que l'effectif migratoire national soit stable. Si la reproduction est peu en cause, c'est que la tendance à la baisse de l'effectif reproducteur Européen l'est effectivement !

 

Cette saison les doutes sont nombreux. Ces doutes doivent bénéficier aux Bécasses restant encore sur le territoire Français. C'est notre avis.

 

Dans les bois le concert des cloches qui comme atteintes de frénésie s'arrêtent moins souvent, signale une saison de plus...

 

Que quelque chose cloche !

 

 

                                                                                                  Philippe Vignac   Franck Ricaud

 

 

*Sources : Club National des Bécassiers, Bécanotes Décembre 2017.