La chasse autrefois, je veux parler d'un monde très récent, depuis que je possède un permis de chasser en 1982 .

Cela peut surprendre, mais encore à l'époque, le lapin de garenne et les perdrix sauvages étaient encore bien présents . En revanche le chevreuil était peu abondant ( 5 à 6 fois moins ) . 

Le biotope était composé de nombreuses prairies naturelles et permanentes, qui ont diminuées de 1988 à 2000 de  1.659.000 ha , composées d'une richesse florale importante, un champignon comestible en abondance , le rosé des prés aujourd'hui disparu .

La faune , plus variée, composé d'espèces , pour certaines disparues , comme par exemple le lampyre, plus connu sous le nom de ver luisant. La densité des lombrics étaient plus importante ( les prairies naturelles ayant diminuées )très fertile pour les sols , le lombric , nourriture principale de la bécasse qui en consomme environ , son poids en 24h( j-p Boidot 2012) . 

     photo de biotope 

Le biotope , plus sain et offrant une variété florale plus riche , vitale pour la perdrix et le lapin, les cultures traditionnelles étaient plus variées , utiles comme garde-manger et de refuge pour cette faune .

Les techniques d'agriculture étaient moins intenses , proche de chez moi, l'agriculteur effectuait des tas de fumier , alignés comme des dolmens , pour ensuite les disperser a la fourche sur ses champs .

Les chasseurs pratiquaient leur passion souvent seuls , parfois deux , la quantité de gibier permettait a chacun de prélever sans trop de difficultés . Les chiens utilisés , très souvent sans origine sélectionnée, devenaient rapidement expérimentés . Je me souviens , mon père possédait une chienne de type ratier , sa quête était différente en fonction de l'espèce de gibier en présence .La chasse du lapin impose peu de déplacement , l'attente proche du terrier était parfois longue, avant que les chiens fassent fuir  le lapin .

La migration du pigeon ramier , a l'automne était présente et marquée , formant des rassemblements composés de 300 ou 400 individus. Ils se posaient principalement dans les bois composés de grands arbres , pour repérer la nourriture encore présente dans les champs de maïs ou de blé présent pendant l'hiver .

La bécasse  était le gibier préféré de quelques chasseurs , sur l'ensemble des 4 communes avoisinantes, il y avait guère plus de 10 chasseurs à prélever la bécasse , et même beaucoup ne tiraient pas sur la bécasse , jugée trop petite .

Bien sur , le nombre de bécasses levées était bien plus conséquents les premières années , j'ai souvent levé ma première bécasse aux alentours du 15 octobre et pour les plus anciens , septembre était parfois le mois des premières bécasses .