Le Finistère ! Est-il épargné ?

BRETAGNE : Le FINISTERE

 

EVOLUTION des PRELEVEMENTS

et de L'INDICE CYNEGETIQUE D'ABONDANCE

de 2008/2009 à 2017/2018

La Fédération des chasseurs du Finistère* obtient un retour de carnets de prélèvements Bécasse d'environ 85%. Elle lui permet de connaître chaque saison la réalité et l'évolution des prélèvements de son département ; les voici.

 

Source : * Le chasseur Finistérien n° 132 de Mars 2019.

* ICA du Club National des Bécassiers.

Finistère : Tableau des Prélèvements et de l'Indice Cynégétique d'Abondance

 

Evolution des prélèvements du Finistère.

 

Si le nombre de permis du Finistère accuse une baisse de 23% en dix ans, aucune estimation ne permet d'affirmer, que le nombre de chasseurs de Bécasse ainsi que la pression de chasse sur cet oiseau, aient baissé dans les mêmes proportions ou simplement baissé ! Par contre l'analyse des prélèvements sur la dernière décennie montre leur baisse de 42% en dix ans, qui même pondérée est significative.

Il faut ajouter que cette baisse des prélèvements intervient avec une réglementation identique : PMA : 30/saison 3/hebdomadaire, 2 jours sans chasse/hebdomadaire.

Dans ces conditions conclure comme indiqué dans les commentaires de l'article, que la diminution globale du nombre de Bécasses prélevées dépend directement de la baisse du nombre de chasseurs, et n'est pas forcément indicateur d'une baisse de la population, est irrecevable.

 

Essayer de justifier la baisse des prélèvements en fonction de la qualité de la reproduction sans en apporter la moindre preuve.(Par exemple la variation des valeurs de l'Age/Ratio chasse et ou baguage chaque saison sur le département) est elle aussi irrecevable.

Pour le Finistère, territoire le plus accueillant de l'Europe de l'Ouest en migration hivernage pour la B des B. Département considéré comme le premier en France pour la fréquentation et les prélèvements ; nous pouvons être surpris par leur niveau et par ses valeurs d' ICA* par rapport par exemple à ceux de la Gironde.

Peu d'écart sur les prélèvements entre le Finistère et la Gironde, mais énorme écart sur l'Indice Cynégétique d'Abondance. Cet écart amplifie les sérieux doutes que nous avons sur la fiabilité de cet indicateur de suivi. Que l'on nous prouve le contraire.

Chaque fois que nous connaissons avec une bonne précision les prélèvements d'un département (peu y échappent) ou de la France, nous constatons leur tendance à la baisse de plus en plus inquiétante.

Nous comprenons mieux pourquoi beaucoup trop de départements ( comme par exemple les Landes ou paraît il tout va encore bien pour la Bécasse des Bois), ne communiquent pas le niveau de leurs prélèvements !

 

Evolution de l'ICA* du Finistère.

 

Les anomalies des valeurs de l'ICA*.

Tableau  1 et graphique 2 montrent plusieurs anomalies, dont deux principales.

Première anomalie.

Sur le Finistère avec un ICA* identique, 32% d'écart entre les prélèvements de trois saisons.

 

Deuxième anomalie.

Dans ce cas là encore, 20% d'écart sur les prélèvements avec le même ICA*.

Comme l'authenticité des prélèvements est validée, nous constatons encore une fois l'incapacité des ICA à donner même avec une précision relative, l'abondance de fréquentation de la B des B chaque saison en France.

En cause pour les calculer, des protocoles beaucoup trop laxistes pour qu'ils aient la moindre valeur scientifique. J'ai du mal à comprendre pourquoi, les responsables du Cnb ainsi que ceux du réseau Bécasse de l'Oncfs n'aient toujours pas réagi face à « l'envolée » des valeurs de leur ICA et de leur IAN (qui évolueraient en parallèle) ?

20 ans que les valeurs de l' ICA ne cessent de grimper au plan National !

 

ICA* 1998/1999 : 1.28. ICA* 2018/2019 : 1.80. 40% de hausse en vingt ans.

Et il n'y a aucune raison pour que cela s'arrête.

Pourquoi pas un ICA à 2.00 pour la saison 2019/2020 ?

Si c'était le cas la hausse serait alors de 56% !

56% de Bécasses en plus dans les bois qu'il y a vingt ans en France.

Cherchez... l'erreur !

Précisions : L'ICA (Indice Cynégétique d'Abondance) est le résultat du nombre de « B » différentes levées vues ou entendues, divisé par le nombre des heures passées à sa chasse.

Pour le Cnb il est calculé sur 3 heures et demi de chasse.

Pour d'autres sur 1 heure de chasse.

Mais pour un chasseur c'est quoi une « B » différente ?

Celle qu'il lève pour la première fois et qu'il compte pour une quoi qu'il arrive?

Celle qu'il lève et relève (la même) plusieurs fois avant de la prélever ou de ne plus la trouver et qu'il compte par exemple pour quatre différentes ?

Celle qu'il a déjà levé et qu'il relève sans pouvoir la prélever, dans le même endroit lors de plusieurs sorties et qu'il compte chaque fois comme différente. Pourquoi pas pour dix différentes ?

Si en plus il ne compte pas toutes ses heures de chasse, par exemple les heures des sorties ou il ne voit rien... ! Puisque personne ne sait comment les chasseurs comptent, par quel miracle les ICA pourraient ils indiquer avec précision, la réalité sur l'abondance de la présence des Bécasses chaque saison, à plus forte raison le statut de conservation de l'espèce ?

 

Conclusion.

Avec des valeurs d'indicateurs obsolètes ; des prélèvements sur une forte tendance à la baisse ; il y a de quoi s'inquiéter sur l'état de conservation du cheptel Bécasse, comme le font de plus en plus de chasseurs Français et Européens.

Que l'on nous prouve le contraire.

* Si toutes les Fédérations avaient simplement exigé le retour du carnet de prélèvement de chaque chasseur comme le stipule le décret de 2011, nous connaîtrions avec une bonne précision l'estimation des prélèvements Bécasse des Bois en France.

 

Philippe Vignac. Novembre 2019.

Chasseur Chercheur Bécasse des Bois.

Sources : *Le chasseur Finistérien n°132, Mars 2019.

*ICA du Club National des Bécassiers, Finistère et National.

*Fédération des chasseurs de la Gironde.

Photo : Franck Ricaud