La bécasse des bois, et le climat !

L'épisode climatique actuel .

Ses conséquences sur la vie de la Bécasse des Bois .

 

 

Globalement, le comportement de la Bécasse lors de la migration , ne semble pas présenter d'anomalies ; aucune tendance nouvelle apparaît depuis 15 ans.

Rien pour l'instant n'indique des retards lors de la migration, et cette année est là encore pour contredire certaines analyses, des conditions très perturbantes pour le chasseur français, et pour son éditorialiste Pascal Durantel !

 

Les conditions ont été plutôt clémentes sur les régions de reproduction , ce qui n'a pas empêché la bécasse d'être à l'heure , même avec un peu d'avance !

En revanche,les études démontrent une fidélité toujours aussi marqué et le pic des départs est toujours à la même période .

 

Cependant,un élément s'accentue, c'est la répartition des oiseaux , conséquence de plusieurs facteurs directs et indirects .

Un des facteurs que nous rencontrons depuis quelques années ,ce sont les conditions météorologiques , une hausse des températures et un taux hydrique très faible sur beaucoup de régions , une situation qui devrait s'intensifier, si toutefois l'épisode climatique perdure !

Le facteur direct , le manque de nourriture , conséquence d'un sol trop sec !

Ce sol sec, responsable du phénomène des '' concentrations '' , les oiseaux sont en majorité à la recherche de territoires composés de biotopes avec des ressources trophiques convenables .

 

Les régions les moins touchées , proches du littoral Nord et quelques régions d'altitude et ses plateaux relativement préservés par la fonte des neiges ont permis de rencontrer des oiseaux en nombre plus important !

La qualité et le manque de nourriture conduit inéluctablement la bécasse à privilégier localement ses territoires d'hivernage pour pouvoir s'alimenter . Cette situation a pour conséquences les fortes disparités d'oiseaux , que beaucoup d'entre nous ont constaté ces dernières années.

 

Face à ce constat , ces disparités semblent être plus ardues à analyser, certains auront rencontrés des densités correctes et d'autres des territoires presque inoccupés ! Le phénomène des vases communicants , a-t-il joué son rôle au point de croire que le cheptel soit stable ?

 

 

 

Par conséquent des régions privilégiées, et sur les autres, presque inhabitées ! de ce fait, il est aisé d 'en déduire, qu' il n'est pas le fait d'un '' Cap au Nord '' imaginé par un grand nombre de communiquants , aucun élément démontre pour l'instant un centre de gravité déplacé plus au Nord ! Évitons de se laisser à penser, attachons nous aux faits, ainsi qu'à des hypothèses futures qui seraient selon certains, responsables de la situation actuelle !

Une parenthèse qui mérite d'être soulignée, concernant le Doubs , la fréquentation a été divisée par deux lors de la période 2005/2010, sources oncfs Doubs.

 

Au niveau européen , nous constatons un phénomène similaire sur une plus grande échelle , l'Espagne, l'Italie, ou la sécheresse a considérablement réduit le territoire pour permettre aux oiseaux de s 'alimenter correctement.Un autre élément démontre les conditions difficiles d'alimentation pour la bécasse, en effet , sa masse pondérale indique une tendance à la baisse depuis au moins 10 ans .

Certains pays au Nord comme l'Irlande, semblent pas non plus être envahis par les bécasses !

Selon mes analyses, ces données démontrent l'affaiblissement du cheptel sur le plan Européen et la forte disparité des populations peut parfois induire en erreur les chasseurs de la Bretagne Ouest par exemple, sur l'analyse de la stabilité ou non du cheptel !

 

Dommage qu'on veuille absolument fermer les yeux sur la situation. Les populations d'oiseaux sont sur une tendance à la baisse ; qu'elles aient pour origine les conséquences du climat, la pression de chasse, ou les deux , il faudra réduire les prélèvements au niveau Européen !

 

 

                                                                                                   

                                                                                                   Franck Ricaud

 

 

Janvier 2019

PHOTO FRANCK RICAUD