Approche sur l'impact de la chasse de Scolopax rusticola , et ses répercutions !

.

Connaître les prélèvements n'est pas encore une chose acquise , d'un point de vue absolu !

En revanche nous pouvons observer la tendance .

Puisqu'il nous est impossible d'estimer sa population , néanmoins nous pouvons appréhender l'impact de la chasse sur la bécasse des bois en France, et c'est ce que je vous propose de vous démontrer !

Les jeunes bécasses
  • Les jeunes femelles sont les premières à quitter leurs sites d'hivernage, une forte proportion migrent sur les régions du littoral Manche Atlantique .

  • Les jeunes bécasses migrent sur ces régions ou la pression de la chasse est la plus importante .

  • Elles choisissent les meilleures remises, celles que les spécialistes recherchent.

  • Les jeunes oiseaux par leurs degrés d'adiposité plus faible, demande des haltes plus fréquentes et un risque de vulnérabilité supplémentaire .

  • Leur temps de parcours migratoire est plus long que les adultes .

Les femelles
  • Les femelles sont plus sélectives en matière de nourriture riche en vers , leur adiposité supérieure aux mâles demande un besoin supplémentaire .

  • Les femelles sont plus sélectives , plus vulnérables que les mâles par leur choix alimentaire, mais aussi par leur arrivées précoces .

  • Les femelles tiennent mieux l'arrêt , ce comportement est également observé lorsque qu'elles sont sur le nid , elles partent au dernier moment .

  • Les femelles et leurs prélèvements ont plus d'impact sur l'espèce que le mâle .

  • Les femelles sont plus vulnérables lors de vagues de froid, leurs besoins alimentaires étant plus sélectifs et conséquents que les mâles .

  • La production de jeunes est proportionnelle au nombre de femelles survivantes .

Les Mâles
  • Les mâles sont plus furtifs que les femelles a l'approche d'un prédateur .

  • Les mâles sont moins sélectifs que les femelles , leur nourriture est plus opportuniste .

  • En période de froid les mâles plus opportunistes se déplacent moins que les femelles.

  • Le mâle est polygame, les mâles sont plus vulnérables en période de croule ex.( chasse en Russie).

Migration d'automne , les populations à fortes dispersions des nichées, migrent dans une forte proportion vers ces régions Manche-Atlantique.

                    zone d'hivernage pour l'ensemble des populations .

 

 

                    zone d'hivernage pour une proportion importante de jeunes .

 

 

                    zone de reproduction

                    zone d'hivernage et de reproduction 

Le brassage des populations concentre une forte proportion de ces jeunes sur la région Manche-Atlantique . Pour des raisons physiologiques et climatiques .

La France en particulier bénéficie alors d'un renouvellement important de jeunes grâce a l'ensemble de la population Scolopax rusticola !

C'est en partie ce qui explique l'âge ratio relativement élevé chaque saison ,malgré le nombre important de jeunes prélevés chaque année dans cette région .

La France reçoit chaque année un effectif de jeunes nettement supérieur en volume à celui produit par les adultes survivants qui ont hivernés en France . Charles Fadat

Observations et conséquences

  • L'âge ratio est le fait exclusivement de la chasse.                                                                       

  • La chasse au chien d'arrêt a des conséquences sur le sexe ratio, elle crée un prélèvement défavorable à l'égard des femelles.                                                                                                            

  • Le dérangement , première cause de la baisse d'adiposité sur les remises les plus recherchées, elle impact en majorité les femelles .                                                                       

  • Autrefois : la chasse en battue a pour effet de prélever une plus grande majorité de mâles, cette chasse étant plus improbable .                                                                                                                   

  • La proportion de mâles prélevés est plus importante par les généralistes , leurs remises sont plus improbables.                                                                                                                           

  • Sur un territoire , le poids des oiseaux est proportionnelle à la pression de la chasse .

  • Le comportement des jeunes se situe moins fréquemment hors des remises typiques d'hivernage, donc plus vulnérables , confirme également le rôle de la longévité sur la présence des bécasses dans les remises , les adultes ayant une meilleure connaissance du territoire .                                                                                                                                               

  • Les régions proches du littoral ou la pression est la plus importante est le fait de la facilité de l'accès aux remises, en revanche en zone intérieur la plus grande zone forestière et surtout les difficultés d'accès aux remises permettent d'accroître la longévité des bécasses .                                     

  • Dans les zones peu chassées , les fortes densités sont le fait d'une forte majorité d'adultes, tandis que dans les secteurs très chassés , les jeunes sont proportionnellement plus nombreux , mais en faibles densités relatives .

    Dans le premier cas, nous dirons que les densités sont dépendantes du taux d'adultes et dans le second cas de celui des jeunes .                                                                                                 

  • Le froid intense et la sécheresse ont pour effet de concentrer les oiseaux , et d'augmenter leur vulnérabilité .                                                                                                                                   

  • La dispersion des nichées est beaucoup plus marquée pour ceux originaires des régions Nord,Nord Est, Russie et pays scandinaves ,en revanche les nichées occidentales se dispersent moins ! Les premières vont principalement sur les régions du littoral ouest de l'Europe , en particulier en France et la seconde en majorité sur les régions du sud,Espagne, Italie, Afrique etc …..                                                                                                  

  • La dispersion migratoire est proportionnelle à la distance moyenne parcourue .                                 

  • Le brassage migratoire , en partie explique la proportion de jeunes que nous rencontrons à la chasse, malgré les proportions élevées de jeunes prélevés chaque saisons en France.     

  • Les zones d'hivernage des populations originaires de Russie et des régions Scandinaves , là ou les nichées de ces populations sont les plus dispersées, elles représentent pour l'instant une aubaine pour les chasseurs Français .                                                                                              

  • Si le niveau de pression de la chasse en France et son attractivité territoriale étaient homogène sur l'ensemble des aires d'hivernage , sans aucun doute la population Scolopax rusticola serait dans une situation très délicate .

NOVEMBRE 2019                                                                                                                                            Franck Ricaud

Chacune des observations est issues d'études approfondies et démontrées , ayant pour origines les auteurs suivants : FADAT, Ferrand /Gossmann , Boidot et l'Oncfs.