La bécasse et L'autruche !

Lettre ouverte à l'attention de tous les responsables cynégétiques .

Mesdames, Messieurs.

 

Vous avez été élus pour défendre la pratique de la chasse, gérer les espèces, mettre en place les réglementations et les faire respecter.

Pourquoi la majorité d'entre vous ne fait toujours pas appliquer l'arrêté ministériel du 31/05/2011, et le décret du 23/04/2010 relatifs au prélèvement maximum autorisé de la Bécasse des bois ?

Cet arrêté ministériel a fixé un prélèvement maximal autorisé (PMA) de 30 bécasses des bois par chasseur et par saison de chasse sur l'ensemble du territoire métropolitain.

Chaque chasseur de bécasses est muni d'un carnet de prélèvement unique et personnalisé qu'il doit obligatoirement rendre à la Fédération départementale ou interdépartementale des chasseurs qui le lui a délivré. A défaut, un nouveau carnet ne pourra lui être remis pour la saison de chasse suivante.

Les informations collectées et saisies par chaque Fédération départementale ou interdépartementale des chasseurs sont communiquées à la Fédération nationale des chasseurs (FNC) et à l'ONCFS aujourd'hui Office Français de la Biodiversité (OFB).

L'arrêté ministériel stipule que le bilan annuel comprend notamment :

  • un bilan relatif à la distribution et à la collecte des carnets de prélèvements et de marquage,

  • la quantification des prélèvements de Bécasse des bois,

  • le prélèvement moyen et la répartition statistique par chasseur,

  • la répartition de l'échelonnement des prélèvements au cours de la saison de chasse.

C'est clair.

 

 

Bilan aprés neuf années d'application :

 

  • moins de 50% des carnets de prélèvements délivrés sont retournés aux Fédérations départementales des chasseurs chaque saison.

  • à peine une douzaine de Fédérations départementales des chasseurs obtiennent un retour de carnets de prélèvements de plus de 80%.

  • la majorité des Fédérations départementales des chasseurs délivrent systématiquement un nouveau carnet de prélèvements à tous les chasseurs qui en font la demande, même s'ils n'ont pas retourné celui de la saison précédente.

  • le carnet de prélèvement Bécasse des bois est toujours gratuit, alors que pour pouvoir chasser et prélever le sanglier (pourtant classé nuisible dans certains départements) il faut payer le prix d'un timbre.

 

 

Résultats :

 

  • Nous ne connaissons toujours pas la réalité des prélèvements chaque saison pour la France et pour ses départements.

  • Nous devons nous contenter de la derniére estimation des prélèvements de l'ONCFS pour la saison 2013/2014 (déjà vieille de six ans).

  • Nous ne connaissons pas la réalité sur le prélèvement moyen et la répartition statistique par chasseur.

  • Pas plus que la répartition de l'échelonnement des prélèvements au cours de la saison de chasse.

    Autant le dire : Aucun résultat !

 

 

Conclusion.

 

Ces constatations sont d'autant plus surprenantes que les chercheurs, les scientifiques, les spécialistes les experts de cet oiseau sont pour une fois d'accord.

La connaissance des prélèvements cynégétiques est le pilier de la gestion des populations chassées. C'est l'élément majeur pour connaître l'état de conservation des espèces chassables.

Alors, pourquoi les décideurs cynégétiques ne font ils pas le nécessaire pour connaître les prélèvements de la Bécasse des bois ?

Pourquoi les clubs spécialisés sont aussi mous du genoux pour exiger de la Fédération nationale des chasseurs l'application de l'arrêté ministériel de 2011 ?

Pourquoi le réseau Bécasse de l'Oncfs n'a t il pas alerté davantage sur ce qui se passait ?

Pourquoi davantage de chasseurs n'ont ils pas demandé à leurs Fédérations respectives pour quel motif elles ne respectaient pas un arrêté ministériel?

 

 

La réponse est simple. Les chiffres qui circulent sur les prélèvements de la Bécasse des bois en France depuis trente ans ne sont pas bons. Ils montrent une incessante tendance à la baisse qui s'accélère.

Dans ce cas, quoi de plus confortable que la technique de l'Autruche. En refusant de voir, on occulte les menaces qui pèsent sur l'espèce, on évite de prendre les mesures nécessaires pour la gérer.

Voila pourquoi les responsables cynégétiques nous promènent depuis des années avec des indicateurs souvent peu fiables. Indice cynégétique d'abondance (ICA). Indice d' abondance nocturne (IAN). Age/Ratio. Sexe/Ratio. Masse pondérale, Baguage etc...

Ils nous font croire que la Bécasse des bois est l'espèce la plus suivie, la plus protégée, qu'elle se porte bien, tout en négligeant l'indicateur le plus fiable.

 

L' Estimation et l'Evolution des prélèvements chaque saison.

 

Mesdames, Messieurs les décideurs cynégétiques.

Si en 2011 les inquiétudes sur l'état de conservation du cheptel vous ont conduit à accepter au niveau national les termes de l'arrêté ministériel, c'est qu'à votre avis la situation de la Bécasse des bois l'imposait.

Il est maintenant urgent que vous Passiez de l'Autruche à la Bécasse, avant que d'autres pas forcément bien intentionnés vis à vis des chasseurs le fassent à votre place.

 

 

 

 

Philippe Vignac. Chasseur Chercheur Bécasse des Bois.

 

Mai 2020