Analyses de la saison 2017/2018.

Malgré une reproduction annoncée dès le mois d'Octobre comme mauvaise à médiocre par le réseau Bécasse de l'Oncfs*, les responsables cynégétiques n'ont pris aucune mesure pour réduire les prélèvements 2017/2018.

Dés la fin Novembre les valeurs de l'Age/Ratio chasse ont montré clairement que quelque chose clochait. Niveau anormalement bas des jeunes sur la moitié Est, particulièrement élevé sur la moitié Ouest. La première réaction du monde cynégétique a été de ne rien faire, et d'attendre pour en savoir plus.

Le réseau Bécasse Oncfs toujours prêt à affirmer que la Bécasse est en bonne santé avec des effectifs stables est resté sur cette période totalement silencieux. Il aurait pu au moins communiquer la tendance de son Age/Ratio baguage, pour aider à prendre les bonnes décisions ; mais non rien.

Le temps a passé...Il aura fallu attendre fin Décembre, quand 80% des prélèvements sont réalisés, pour entendre le Président du Club National des Bécassiers demander à ses délégués de proposer une réduction des PMA journaliers et hebdomadaires, dans chacun de leur département. Rien au niveau National !

Très vite « taclé » par le Président de la Fédération Nationale des chasseurs qui s'y est opposé, tout le monde est rentré dans le rang et presque rien ne s'est fait.

.

Aucune volonté politique affichée ; le principe de précaution non appliqué ; le constat est clair. Encore aujourd'hui le monde des responsables cynégétiques n'est pas capable ou ne veut pas protéger la Bécasse des Bois. Dont acte !

 

 

Ceci étant parlons de la saison 2017/2018.

 

La France a bénéficié des bonnes conditions météo en Europe lors de la migration automnale, principalement de vents bien orientés Est, Nord-Est et de bons coups de froid qui ont boosté les oiseaux chez nous. Les zones côtières de l'Ouest ont de ce fait reçu leur contingent de migratrices en grande majorité des jeunes, alors qu'à contrario toute la moitié Est n'a reçu que très peu de juvéniles.

La sécheresse des biotopes plus marquée au Sud de la Loire en particulier le quart Sud-Est a provoqué comme prévu le phénomène des paquets. Beaucoup de Bécasses sur quelques territoires, peu ou pas sur la majorité des autres. Pour le quart Sud-Est c'est une saison catastrophique.

Compte tenu des conditions de froid, de gel et de neige dans les grands pays de reproduction (Russie et Scandinavie) puis dans les pays de transit, nous pouvons considérer que la quasi totalité de l'effectif migratoire Européen de la Bécasse des Bois à rejoint les pays d'hivernage.

 

 

 

Pour bien connaître les pays Scandinaves et la rigueur de leurs hivers, il est peut propable qu'il y reste un nombre significatif de bécasses même dans le Sud chaque année. C'est pourtant ce que prétend Yves Ferrand dans certaines revues spécialisés. C'est un "jugement "qui peut être erroné. Ce n'est donc pas une démarche scientifique.

 

La France a donc bien reçu cette saison un contingent de migratrices qui s'est réparti sur le territoire en fonction des conditions météo, de la direction des vents, du potentiel d'accueil des biotopes et du niveau de la pression de chasse des saisons passées.

 

Au delà des phénomènes des paquets (pas nouveaux) mais qui ont perduré tout au long de la saison, il se développe une tendance qui modifie la répartition et la fréquentation des oiseaux saison après saison.

Sur les territoires occasionnels qui ne cessent d'augmenter on ne rencontre pratiquement plus de Bécasses.

Sur les territoires secondaires en augmentation et même sur les principaux la tendance est à la baisse des effectifs.

Seuls les territoires privilégiés les mieux placés géographiquement, les plus riches en nourriture souvent moins chassés ont globalement une quantité identique d'oiseaux, sauf exceptions.

Ces observations qui paraissent durables et irréversibles sont pour nous la confirmation que l'effectif Européen de la Bécasse des Bois est sur une tendance à la baisse !

 

Le déplacement du centre de gravité de l'aire d'hivernage des Bécasses des Bois Européennes vers le Nord-Est          ( évoqué par Yves Ferrand dans la Mordorée d'Avril 2017, puis en Novembre en Gironde), conduirait à terme le Sud de la France à voir de moins en moins d'oiseaux, n'est de notre point de vue ni prouvé ni réaliste pour le moment.

Tout d'abord parce que les Bécasses équipées de balises Argos sont toujours fidèles à leurs sites d'hivernage.

 

 

 

Ensuite, parce qu'il n'a pas pu encore affecter la France, pour la simple raison que les Bécasses hivernant plus au Sud (Afrique du Nord, Portugal et surtout Espagne) auraient du dans ces conditions glisser les premières vers le Nord Est, approvisionnant au passage la France en particulier le Sud, et compensant le manque.

 

A moins qu'il ait des informations comme quoi il y a une forte tendance à la baisse des Bécasses dans ces pays. Sauf erreur il n'en a pas parlé.

 

Quand nous connaîtrons les Ica, Ian, Age/Ratio, Sexe/Ratio, la messe sera dite. Les prélèvements en France auront été réalisés sans aucune restriction, malgré de la mauvaise à médiocre reproduction annoncée .

 

Nous ne croyons pas que la Bécasse des Bois soit en bonne santé. Par contre une fois de plus, à cause de notre comportement elle a mal à la tête...

 

Nous ne savons et ne voulons pas protéger la Bécasse des Bois et par ricochet sa chasse avec nos chiens.

 

2017/2018 est un fiasco !

Philippe Vignac, Franck Ricaud        

         24 Février  2018          

 

 

 

 

 

Mordorée d'Avril 2017, revue du Club National des Bécassiers.

Réseau Bécasse de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage,

Direction de la recherche et de l'expertise, Unité avifaune migratrice

     Yves Ferrand  Kevin Le Rest 

 

 

 

 

​​​