2018/19 . Une saison Atypique !

BECASSE  des BOIS: NOTRE EXPERTISE de la SAISON 2018/2019.

 

L'effectif Reproducteur Européen.

 

Aprés une saison 2017/218 compliquée non seulement en France mais dans tous les pays d'hivernage . Compte tenu de la faiblesse des effectifs survivants constatée à la fermeture de la chasse, nous savions que l'effectif reproducteur serait impacté. La confirmation nous est venue des Russes qui ont validé une baisse significative du nombre de mâles à la croule.

 

Conditions Météo pendant la reproduction.

 

Elles ont été correctes, particulièrement favorables pendant la période critique de mi Mai à fin Juin, qui semble de plus en plus déterminante pour le succès, la normalité ou l'échec d'une repro, sans oublier d'accorder à la Russie une part prépondérante avec 70% au moins de l'effectif reproducteur.

Les Age/Ratio chasse avec des valeurs record qui peuvent surprendre, confirmeraient une bonne reproduction que nous pronostiquions seulement assez bonne.

 

Migration Automnale.

 

Elle a été plutôt précoce avec des conditions météo excellentes pour le temps, les températures, la visibilité, la force et la direction des vents durant toute la migration. Le froid et la neige ont progressivement envahi les grands pays de repro, envoyant la quasi totalité des effectifs vers les pays de transit et d'hivernage. Par la suite les coups de froid et la neige sur les pays de transit, sur le Nord et l'Est ont fini d' envoyer le restant du cheptel migrateur sur les sites d'hivernage.

Pas possible cette saison d'invoquer la douceur de l'hiver ( qui aurait incité des oiseaux à rester plus au Nord ), pour justifier une baisse de l'effectif migrateur Européen.

S'il y a ou avait eu moins de Bécasses cette saison, c'est tout simplement parce que l'effectif Européen a ou aurait poursuivi sa tendance à la baisse.

 

Répartition et comportement des Bécasses.

 

Vu la qualité hétérogène des biotopes, conséquence des sécheresses récurrentes dans la majorité des pays d'hivernage, le phénomène des concentrations a été amplifié avec des secteurs bien pourvus et des déserts ou presque.

La rareté de l'alimentation des Bécasses en particulier les lombrics, a provoqué de l'instabilité avec des mouvements erratiques permanents d'oiseaux en particulier les jeunes certainement à la recherche de proies. Il faudra surveiller la masse pondérale, car sur de plus en plus de régions la tendance est à des Bécasses plus petites.

En général bonne fréquentation en moyenne voire haute montagne jusque tard dans la saison, mais aussi une fréquentation correcte bien qu' hétérogène dans les départements plus proches des côtes, en particulier en Bretagne.

Comme souvent avec cette qualité de biotopes les Bécasses apparaissent comme très sauvages et particuliérement pietteuses, jeunes et adultes confondus. Cela n'a pas empêché certains chasseurs de trouver des « soupiéres » surtout des jeunes fatigués par la migration, assez souvent des pairons.

Le pourcentage de prélevées sur le nombre de levées, pour le moment identique par rapport aux autres saisons le confirme !

Les derniers mouvements significatifs ont eu lieu les derniers jours de Décembre et surtout premiére décade de Janvier, ensuite il a fallu faire avec le peu de « cantonnées hivernantes » pour la majorité des chasseurs.

 

Les Indices Cynégétiques d'Abondance (ICA).

 

Comme nous l'avions pronostiqué les valeurs des ICA battent des records.

Compte tenu de la répartition des Bécasses il leur est difficile de refléter la réalité du terrain.Les chasseurs qui ont eu des oiseaux sont sortis ; ceux qui en ont eu peu ou pas ne sont plus sortis faussant de facto les résultats. Le principe des vases communicants a t il bien fonctionné ? Moins de Bécasses sur un secteur compensé par une augmentation sur un autre égale stabilité. Moins sur un secteur mais stable sur un autre égale baisse. Il faut attendre pour avoir une idée plus précise.

Les informations qui nous sont parvenus des autres grands pays d'hivernage Grèce

Espagne et surtout Italie, confirment une fréquentation là aussi très hétérogène mais assez bonne à bonne globalement.

 

Concentrations... Attention !!

 

Pour ceux encore trop nombreux, qui veulent à tous prix même dans le déni qu'il y ait toujours autant de Bécasses, le phénomène des concentrations qui se généralise et s'accentue saison aprés saison est une aubaine.

Il donne l'impression sur certains secteurs au point d'en faire la généralité, qu'il n'y a jamais eu autant d'oiseaux et surtout il fait oublier les déserts !

Il gonfle artificiellement les valeurs des ICA sur les secteurs concernés.

Il accentue l'écart entre les valeurs AGE/RATIO chasse et baguage au point de ne plus savoir s'il y en a un de bon.

En réalité il masque la réalité du bois, pourquoi ?

Chercher et trouver de quoi se nourrir accapare au moins 80% de la vie des B des B. Lorsque les proies se raréfient sur les zones de transit et d'hivernage (conséquences des sécheresses récurrentes et de la diminution des biotopes), les endroits épargnés constituent des oasis agissant comme un aimant, non seulement pour les Bécasses des bois mais pour toute la faune.

Dans ces conditions affirmer qu'il y a autant ou plus de Bécasses c'est faire abstraction de tous ces indicateurs.

Nous ne tomberons pas dans le panneau !

 

 

Conclusion.

 

De notre point de vue pour la saison 2018/2019. Malgré encore cette année une tendance à la baisse de l'effectif reproducteur Européen 2018, le bon succès de la reproduction a sans doute permis d'avoir un effectif migrateur Européen en légère hausse par rapport à la saison précédente.

Si les prélèvements n'ont pas été trop élevés, ce qui reste à vérifier, nous pourrions avoir une stabilité voire une petite augmentation de l'effectif survivant Européen à la fin de la chasse, donc de l'effectif reproducteur 2019.

Au conditionnel ce serait une bonne nouvelle pour la Bécasse des Bois et pour nous.

 

Pour la France.

Si nous nous en tenions qu' aux valeurs des Ica comme repère ( ils risquent battre leurs records, comme l'Age/Ratio chasse) nous pourrions dire que les effectifs sont en hausse. Heureusement pour protéger les Bécasses nous ne sommes pas des opportunistes de l'optimisme béat, d'autant plus que la tendance à la faiblesse des effectifs survivants à la fin de la chasse pose question.

C'est une saison correcte qui va permettre de stabiliser cette saison l'effectif Européen Bécasse des Bois, mais pas encore de compenser les baisses...

 

 

La chasse de la bécasse des bois .

Mars 2019